La Dordogne

La Dordogne naît au cœur du massif volcanique du Sancy.
Ainsi, les eaux de sources du flanc Est du puy de Sancy, la Dore, et celles issues du versant Ouest du puy de Cacadogne, la Dogne, se réunissent pour former un seul torrent : la Dordogne.

La Dordogne va parcourir 483 kms en passant par St-Sauves d’Auvergne, les gorges d’Avèze jusqu’à former l’estuaire de La Gironde et se jeter dans l’océan Atlantique.


Le puy de l’enfer


Il constitue avec la narse d’Espinasse, un ensemble volcanique né d’un volcan strombolien. Le puy de l’Enfer tire son nom de légendes populaires.
Le puy de l’Enfer a fait éruption en même temps que la narse.

Ce cône est composé d’une succession de strates riches en cendres et en bombes volcaniques et de strates formées par les coulées de lave refroidies.

Randonnée vers le puy de l'enfer

Le puy de l’Enfer a anciennement été exploité sous forme de carrière de pouzzolane.

Son nom lui vient certainement de la présence de marécages qui ont toujours été perçus comme inquiétants par les populations et de la couleur de ses scories.

Depuis le flanc du puy de l’Enfer, vous pouvez admirer les Monts-Dore et le puy de Sancy.


Les roches branlantes d’Orcival et de Gelles


Phénomène curieux et résultat de l’érosion, les roches branlantes alimentent depuis toujours des légendes.

Roche branlante d'Orcival
A.monier

La roche branlante d’Orcival résulte de l’érosion.

Des blocs de granite souterrains sont portés à la surface du sol par l’érosion puis emportés par les eaux de ruissellement. Plusieurs blocs de granites s’empilent les uns sur les autres, en équilibre plus ou moins stable. Ce bloc de granite d’environ 250 tonnes oscille de quelques centimètres sur un autre bloc de granite sous l’effet spectaculaire d’une simple impulsion  humaine. (Source : Mairie d’Orcival)


La roche branlante de Gelles.

Situé à 200m de Mont-la-Côte (signalé au croisement de Mont-la-Côte au bord de la D204), une énorme roche d’environ 7 mètres de longueur de granit tient extraordinairement en équilibre. On peut la faire bouger en la poussant à la main à son extrémité orientale.
« La force de cinquante hommes ne rendait pas ses oscillations plus grandes que celles d’un enfant » écrivait Monsieur Mercier, médecin à Rochefort-Montagne, en 1836.
Mais gare à vous, la légende raconte qu’une nuit profonde enveloppa tout le pays lorsque des jeunes gens voulurent la renverser, croyant qu’elle cachait de l’or.
Certains l’appellent « les Portes du Soleil », à cause des pierres alignées en dessous du site qui se trouveraient dans l’alignement des rayons du soleil lors du solstice d’été. (Source : Mairie de Gelles)


Narse d’Espinasse


Sur la commune de Saulzet-le-Froid, la narse d’Espinasse forme avec le puy de l’Enfer un ensemble volcanique exceptionnel.
La Narse est une tourbière formée dans un maar.

Vaste cratère d’explosion volcanique. Ce maar s’est formé il y a environ 11 000 ans, de la rencontre entre le magma et le cours d’eau de La Veyre. Cette rencontre a provoqué des explosions volcaniques à l’origine de la création du puy de l’Enfer.

Le maar s’est rempli d’eau et a formé un lac avant de devenir un marécage (narse) quelques millénaires plus tard.

Formée à l’époque glaciaire, la Narse d’Espinasse abrite la plus importante population de Ligulaire de Sibérie de France. Cette plante jaune, qui fleurit en août, est héritée de l’époque glaciaire mais cette végétation du froid est aujourd’hui menacée par le réchauffement climatique.

Depuis la narse,  vue sur les Monts-Dore et sur la Chaîne des Puys (inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO en juillet 2018).


La cheire de Côme

La Cheire de Côme est la plus étendue de toutes. Elle s’étend sur 9 km de long, 2 à 3 km de large et jusqu’à 130 m d’épaisseur. Elle correspond à d’anciennes coulées volcaniques, huit coulées de basalte provenant du Puy de Côme (attention l’accès à son double cratère est interdit par arrêté municipal du 22 janvier 2002 pour le protéger de l’érosion). Elles sont dorénavant recouvertes de mousse et offrent à la vue du visiteur, un terrain chaotique avec une succession de monticules et de dépressions. La Cheire de Côme est certainement la plus épaisse et la plus curieuse de la Chaîne des Puys : on y trouve des trous à glace, où la glace se forme au mois de juillet encore plus abondamment quand les chaleurs sont vives, tout comme des pierres «signées», qui marquaient, peut-être, les limites de domaines seigneuriaux ou religieux, aujourd’hui disparus…

Murets cheire de côme



Depuis Orcival : Prendre la D27 en direction de Nébouzat. Au rond-point prendre la 4ème sortie (D2089). Tourner à droite et traverser le village de Olby (D554). Passer le village de Ceyssat et tourner à gauche vers Mazayes (D52). Lieu de départ de la randonée : prendre la direction Mazayes, le panneau de départ se situe au fond de l’aire de stationnement à droite (attention : à gauche départ du PR puy de Côme).


Les gorges d’Avèze

Situées au nord-ouest de l’Artense, à proximité de la commune d’Avèze, c’est à pied qu’il faut découvrir ces gorges abruptes et sauvages creusées par la rivière Dordogne.

Ce contenu vous a été utile ?

Partager ce contenu